Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
MICHEL DE BRUXELLES

MICHEL DE BRUXELLES

Prenez du rire, des larmes, un soupçon de réflexion, des coups de coeur ou de colère, de l'étonnement, de l'abattement, du social, des infos marrantes, insolites, scientifiques, people, sérieuses. Mélangez le tout et découvrez mon blog qui se veut tout public.

Publié le par

  

 

 

sabenaAPRES LA SABENA (ancienne compagnie nationale aérienne belge)

Le show 
L'automne a pris ses quartiers, le froid s'est invité, la nuit n'attend plus pour tomber. Une poignée d'anciens de la Sabena répètent, en vue d'un spectacle qui sera joué ce week-end, dans le cadre de la commémoration des dix ans de la faillite de la compagnie aérienne. Il y a eu près de 8.000 salariés licenciés + les dommages collatéraux.

 

Que sont devenus les uns et les autres, comment ont-ils géré les lendemains de la faillite?
sabena1Dans la pièce voisine, un orchestre fait ses gammes. Au micro, Angelo Milioto, un ancien steward de la Sabena, s'époumone sur un air de Michel Sardou. Les paroles revues et corrigées sont de circonstance. "Ca fait 10 ans qu'est morte la compagnie/Qu'on a voulu briser notre famille/Mais quand j'vous vois ce soir tous là/J'sais qu'ça au moins ils l'auront pas/Notre belle histoire d'amour Sabena."
Il y a aussi Stéphane Moerenhout, un ancien steward qui vole aujourd'hui pour Air France. Il y a de l'amertume dans sa voix. "Je ne pardonnerai jamais au monde politique, ils nous ont laissé tomber."
On retrouve aussi, Etienne De Nil, un ancien-vice président de la compagnie aérienne, aux commandes d'un autre spectacle organisé autour du thème du voyage. Etienne De Nil a créé sa propre société de consultance. "Je me suis marié deux fois. Avec mon épouse et la Sabena. Je n'ai divorcé que de la Sabena."
Patrick Oor, entré en 1989, n'a pas tout à fait vécu la faillite comme les autres. Et pourtant, sa femme travaillait aussi à la Sabena. Après la faillite, Patrick a travaillé comme office manager dans un bureau d'intérim, mais il n'a jamais vraiment réussi à s'habituer aux horaires classiques 7-17.
Jeaninne Martiny, hôtesse de l'air de 1969 à 1994 a été poussée hors de la compagnie. Elle n'a plus que sa fierté et ses souvenirs pour se draper. Elle raconte "J'ai eu le feu à bord, trois fois. Et j'ai eu quatre alertes à la bombe. C'était l'époque du "septembre noir" de Yasser Arafat."
Depuis le début de la soirée, notre regard est attiré par le premier violon. Ce visage ne nous est pas inconnu. Et pour cause. Il s'agit de Shahabpour Behrouz, l'ancien commandant de bord sur A330 et surtout président de l'association des pilotes, au moment de la faillite. Il ne s'est pas vraiment remis de la fin de l'histoire. Aujourd'hui, l'ancien commandant de bord, est retourné sur les bancs de l'école. Il suit une formation de journaliste.
                                                                                NK
                                               
journal "L'Echo"  http://lecho.be



 

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog